Geoffroy Boulard Logo

Réforme du scrutin municipal : préserver et renforcer le rôle crucial des maires d’arrondissement

Partagez cet article

Le Président de la République a fait connaître son souhait de simplifier le mode de scrutin municipal à Paris, Lyon et Marseille, afin de rapprocher les élus de leurs électeurs. Cette réforme attendue ne doit pas se faire au détriment de la démocratie de proximité, principalement incarnée par les maires d’arrondissement dans ces trois villes.

Ceux-ci jouent en effet un rôle central dans la vie quotidienne des Parisiens, Lyonnais et Marseillais. Ils répondent à une attente forte de nos concitoyens en matière de proximité et d’efficacité. La réforme du mode de scrutin devrait donc s’accompagner d’un renforcement de leurs compétences, en allant plus loin dans la décentralisation . A l’inverse, elle déboucherait sur une impasse démocratique si elle devait conduire à la suppression des mairies d’arrondissement.

Un lien direct et continu avec les habitants

Élus de terrain, « à portée d’engueulade » pour reprendre les propos de Jacques Chirac, les maires d’arrondissement représentent l’échelon de proximité par excellence. Cette proximité est bien évidemment un atout majeur pour renforcer la confiance des citoyens envers les institutions et la vie politique, à l’heure où notre pays en a cruellement besoin.

Partenaires incontournables de la Mairie centrale, les Maires d’arrondissement interagissent quotidiennement avec les directions compétentes sur l’espace public (propreté, voirie…), les événements, les permis de construire, les titres d’identité, cela malgré des moyens très limités.

Leur gestion efficace des situations de crise, comme la pandémie de Covid-19 ou les multiples sinistres propres au quotidien des grandes villes (incendies, effondrements), démontre l’importance de disposer d’une gouvernance locale solide et réactive.

Élus directement par les habitants, comme tous les autres Maires de France, ils détiennent une légitimité politique incontestable, un lien de proximité incontesté et un rôle de coordination indiscutable.

Pourtant, ils ne disposent toujours pas de compétences de plein exercice et demeurent sous la tutelle des mairies centrales. Il est temps que la décentralisation et la démocratie de proximité, ces principes qui ont fait leurs preuves partout dans notre pays depuis 1982, s’appliquent enfin dans les trois premières villes de France.

Légitimité et proximité

Ainsi, les maires d’arrondissement pourraient être responsables de la gestion des services municipaux de base tels que la collecte des déchets, l’entretien de la voirie secondaire, des espaces verts ou encore la police municipale, en agissant au plus proche des attentes des habitants, de manière plus efficace.

A l’écoute des besoins spécifiques de leur arrondissement, les maires pourraient adapter les politiques et les programmes municipaux au travers de compétences partagées ou d’un avis conforme, pour mieux répondre aux réalités locales. Cela renforcerait la légitimité de l’administration municipale dans son ensemble.

La suppression des arrondissements , récemment évoquée dans plusieurs médias, serait au contraire perçue comme un retour en arrière par rapport aux lois de décentralisation, en ce qu’elle traduirait une perte de proximité et un recul démocratique.

Elle éloignerait la gestion municipale du citoyen, la rendant moins réactive et moins adaptée aux réalités locales. En concentrant davantage de pouvoirs entre les mains de la municipalité centrale, elle entraînerait aussi une centralisation excessive du pouvoir, marginalisant certains quartiers et conduisant à l’embolie des circuits administratifs.

Simplifier le mode de scrutin PLM ne saurait se faire au détriment de la démocratie de proximité. Les arrondissements ne doivent pas être supprimés, mais plutôt renforcés, au travers l’octroi de nouvelles compétences.

Loin d’être antinomiques, ces deux réformes peuvent et doivent être complémentaires.

Alors que le train de la réforme PLM est annoncé au départ, les arrondissements ne doivent pas rester à quai.

 

Les signataires :

Catherine Dumas est sénatrice de Paris, Présidente du groupe « Changer Paris ».

Jean-Pierre Lecoq est maire du 6e arrondissement de Paris.

Jeanne d’Hauteserre est maire du 8e arrondissement de Paris.

Philippe Goujon est maire du 15e arrondissement de Paris.

Geoffroy Boulard est maire du 17e arrondissement de Paris.

Les Newsletters

Suivez les dernières actualités mailing et restons connectés !

S'inscrire à ma lettre d'informations