Une rentrée inédite

Il y a quelques jours, nos enfants ont repris le chemin de l’école après avoir été tenus éloignés de ces murs piliers de notre République, symboles de l’ambition d’une nation pour ses enfants.

Après le choc d’un confinement que personne n’avait anticipé ni imaginé depuis de nombreuses décennies, la vie a doucement repris son cours agrémentée de masques et de gestes barrières indispensables pour nous protéger ainsi que ceux que nous aimons.

Nous sommes collectivement confrontés à une crise sanitaire inédite venue bousculer le caractère si latin de nos quotidiens faits de débats, de chaleur humaine et de proximité.

Ensemble, nous réapprenons à entretenir des relations distanciées qui nous permettent de limiter la diffusion d’un virus violent nous touchant tous de près ou de loin.

En cette rentrée, je veux appeler chacun à la plus grande vigilance ainsi qu’au respect strict des recommandations émises par les autorités sanitaires.

Individuellement, Nous sommes tous concernés

Personne ne peut être considéré comme invulnérable face à cette pandémie contre laquelle nous devons nous prémunir de toute certitude.

Les « efforts » qui nous sont demandés semblent à la portée de chacun : porter un masque n’est pas insurmontable, éviter les embrassades n’apparaît pas comme un défi de tous les instants.

Individuellement, nous sommes tous concernés et ce n’est que collectivement que nous pouvons permettre la réouverture de nos écoles, entreprises, cafés et restaurants qui font l’âme de nos quartiers.

Le confinement aura été le révélateur d’une grande générosité entre les habitants du 17e dont je suis fier d’être le maire.

Je souhaite que ces gisements de solidarité perdurent et s’amplifient au-delà de cette période pour qu’aucun voisin, proche ou ami ne reste coupé du fil de nos vies adaptées aux circonstances actuelles.

Cette rentrée est pour moi l’occasion de dire à tous les habitants du 17e que leurs élus seront mobilisés pour offrir un service public de qualité en dépit du contexte sanitaire.

La générosité citoyenne doit irriguer l’action publique

Nous bénéficions en France d’un modèle social protecteur et il est de notre devoir de le préserver. Celui-ci est néanmoins fragilisé par les contraintes budgétaires, le vieillissement de la population, l’éclatement de la famille ou le chômage…

Pour renforcer ce modèle social et le rendre plus efficace, nous sommes convaincus que la solidarité doit reposer sur trois piliers complémentaires : la solidarité naturelle (famille), la solidarité organisée (institutions, associations, bailleurs sociaux, entreprises) et la solidarité spontanée, informelle (voisinage).

La crise sanitaire que nous traversons a révélé un formidable élan de générosité et l’exceptionnel gisement de ressources solidaires dont notre pays dispose. Et c’est bien parce que les Français ont été sollicités qu’ils ont franchi le pas à travers la confection de masques, de sur-blouses pour le personnel soignant, en allant faire les courses d’une voisine âgée ou en préparant des panier-repas pour les plus démunis…

Paradoxalement, cette pandémie du coronavirus n’a pas généré l’habituel afflux de dons vers les associations humanitaires mais a été le catalyseur de millions d’initiatives citoyennes ou de gestes individuels spontanés qui sont venus efficacement en renfort des dispositifs institutionnels mis en place par l’Etat, les Départements, les Mairies ou les Associations. Que tous nos concitoyens en soient ici remerciés.

Les habitants peuvent devenir des acteurs de la réussite des politiques sociales

En tant que maires, au plus proche des habitants, nous voulons affirmer avec force que la solidarité de proximité est un enjeu majeur pour faire face aux défis sociaux et que la générosité citoyenne doit irriguer l’action publique. Les habitants peuvent devenir des acteurs de la réussite des politiques sociales.

Le président de la République, dans son intervention du 14 juin, a prononcé 7 fois le mot « solidarité » et souhaite « libérer la créativité et l’énergie du terrain ». Les mairies sont en première ligne dans ce combat. de la proximité, elles peuvent également devenir le catalyseur de la mobilisation citoyenne et l’incubateur de projets solidaires en impulsant la dynamique et en prenant appui sur les acteurs de proximité.

C’est pourquoi, nous lançons une démarche socialement innovante qui répond au défi du lien et du sens pour capitaliser sur la vague de solidarité liée au coronavirus et prolonger cette dynamique de mobilisation autour de l’engagement et des solidarités de proximité.

Sensibiliser les Français aux solidarités de voisinage, révéler les bonnes pratiques solidaires, valoriser les « héros du civisme ordinaire », mettre à disposition des outils (plateforme numérique, kits, affiches), donner des idées (les 100 gestes solidaires), communiquer (Tous Voisins – Tous Solidaires), développer des dispositifs de mobilisation (l’heure civique : donner une heure par mois pour une action solidaire de proximité), recruter des volontaires et animer ce réseau tout au long de l’année…

Cette expérimentation est une coproduction rassemblant des collectivités territoriales et des acteurs de la société civile.

Nous lançons donc un appel à tous nos concitoyens. Nous avons besoin de vous pour prolonger, ensemble, ce magnifique élan de solidarité porteur de sens…

Merci !