La générosité citoyenne doit irriguer l’action publique

Nous bénéficions en France d’un modèle social protecteur et il est de notre devoir de le préserver. Celui-ci est néanmoins fragilisé par les contraintes budgétaires, le vieillissement de la population, l’éclatement de la famille ou le chômage…

Pour renforcer ce modèle social et le rendre plus efficace, nous sommes convaincus que la solidarité doit reposer sur trois piliers complémentaires : la solidarité naturelle (famille), la solidarité organisée (institutions, associations, bailleurs sociaux, entreprises) et la solidarité spontanée, informelle (voisinage).

La crise sanitaire que nous traversons a révélé un formidable élan de générosité et l’exceptionnel gisement de ressources solidaires dont notre pays dispose. Et c’est bien parce que les Français ont été sollicités qu’ils ont franchi le pas à travers la confection de masques, de sur-blouses pour le personnel soignant, en allant faire les courses d’une voisine âgée ou en préparant des panier-repas pour les plus démunis…

Paradoxalement, cette pandémie du coronavirus n’a pas généré l’habituel afflux de dons vers les associations humanitaires mais a été le catalyseur de millions d’initiatives citoyennes ou de gestes individuels spontanés qui sont venus efficacement en renfort des dispositifs institutionnels mis en place par l’Etat, les Départements, les Mairies ou les Associations. Que tous nos concitoyens en soient ici remerciés.

Les habitants peuvent devenir des acteurs de la réussite des politiques sociales

En tant que maires, au plus proche des habitants, nous voulons affirmer avec force que la solidarité de proximité est un enjeu majeur pour faire face aux défis sociaux et que la générosité citoyenne doit irriguer l’action publique. Les habitants peuvent devenir des acteurs de la réussite des politiques sociales.

Le président de la République, dans son intervention du 14 juin, a prononcé 7 fois le mot « solidarité » et souhaite « libérer la créativité et l’énergie du terrain ». Les mairies sont en première ligne dans ce combat. de la proximité, elles peuvent également devenir le catalyseur de la mobilisation citoyenne et l’incubateur de projets solidaires en impulsant la dynamique et en prenant appui sur les acteurs de proximité.

C’est pourquoi, nous lançons une démarche socialement innovante qui répond au défi du lien et du sens pour capitaliser sur la vague de solidarité liée au coronavirus et prolonger cette dynamique de mobilisation autour de l’engagement et des solidarités de proximité.

Sensibiliser les Français aux solidarités de voisinage, révéler les bonnes pratiques solidaires, valoriser les « héros du civisme ordinaire », mettre à disposition des outils (plateforme numérique, kits, affiches), donner des idées (les 100 gestes solidaires), communiquer (Tous Voisins – Tous Solidaires), développer des dispositifs de mobilisation (l’heure civique : donner une heure par mois pour une action solidaire de proximité), recruter des volontaires et animer ce réseau tout au long de l’année…

Cette expérimentation est une coproduction rassemblant des collectivités territoriales et des acteurs de la société civile.

Nous lançons donc un appel à tous nos concitoyens. Nous avons besoin de vous pour prolonger, ensemble, ce magnifique élan de solidarité porteur de sens…

Merci !

Premier conseil de Paris de la nouvelle mandature 2020-2026

Premier conseil de Paris de la mandature 2020-2026 avec mes 54 collègues du Groupe Changer Paris qui regroupent des élus républicains, centristes et indépendants.

Lors de ce premier conseil de Paris, nous avons analysé les rapports accablants de la chambre régionale des comptes, budget supplémentaire 2020 qui ne priorise pas la sécurité ou la propreté…

J’ai rappelé que le rapport de la chambre régionale des comptes sur les relations mairie centrale – mairies d’arrondissements est un signal d’alerte : il faut passer aux actes et décentraliser la propreté avec des moyens humains et matériels pour plus d’efficacité.

trop peu de choses sur la propreté, la sécurité ou les chaussées et trottoirs...

Je suis intervenu sur les priorités budgétaires du nouvel exécutif parisien d’ici la fin d’année : trop peu de choses sur la propreté, la sécurité ou les chaussées et trottoirs… Nous entendons trop régulièrement les amis socialistes de Madame Hidalgo se plaindre de l’inertie du parlement mais pourquoi avoir voté contre (en 2017) la création d’une police municipale parisienne que nous appelons de nos vœux ?

Seul motif de satisfaction avec Jean-Didier Berthault et Brigitte Kuster, l’ABANDON du projet central Réinventer Paris à Pitet-Curnonsky : une victoire importante pour les habitants, association de locataires, élus mobilisés pour lutter contre la densification !

Enfin et malheureusement la Mairie de Paris a maintenu le projet inacceptable de sur-densification en cœur d’îlot appartenant à la Régie Immobilière de la Ville de Paris au 230 rue de Courcelles : abattage d’arbres, suppression d’espace vert rejetée par les élus et habitants !

Nous continuerons le combat !

Contactez-nous, on s'occupe de tout pour votre procuration !

Suivez Geoffroy Boulard !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin